Du vin avec de la cuisine marocaine

Posted: 31st janvier 2018 by admin in Gastro

La cuisine marocaine est riche en saveurs et en styles, et il existe une liste de vins tout aussi variée pour l’accompagner. Par Fiona Beckett Si vous avez voyagé au Maroc, vous saurez que la plupart des habitants ne boivent pas, bien qu’il y ait une bonne quantité de vin. C’est un héritage de l’occupation française pendant la première moitié du 20ème siècle; Le Maroc a une industrie du vin robuste – vous pouvez trouver un mélange similaire de styles de vin et de cépages au Maroc à ceux que vous trouvez dans le sud de la France, en particulier le rosé et le rouge. Syrah, grenache, cinsault et carignan sont les variétés prédominantes. La cuisine marocaine se marie bien avec le vin, en particulier les vins du sud de la France et de l’Espagne voisine. Les jeunes Riojas fruités et autres tempranillos marchent particulièrement bien avec les tajines à base de viande. Les amuse-gueules Tout comme les meze du Moyen-Orient, les plats marocains commencent par une sélection de salades et de petites pâtisseries salées telles que les briouats fourrés de viande épicée ou de fromage. Avec ceux-ci vous pourriez boire un blanc sec et croustillant tel qu’un Picpoul de Pinet du Languedoc, ou un rosé Provençal ou un gris de gris marocain. Les rosés libanais fonctionnent aussi. Fruits de mer On donne souvent une touche épicée aux fruits de mer avec une sauce à la chermoula ou une marinade (un mélange d’épices typiquement marocaines comme le cumin, le paprika aux herbes fraîches et le citron frais ou conservé). Des vins blancs croquants comme le Picpoul de Pinet de la côte languedocienne ou un albariño seraient un bon accord, ou encore un rosé sec. Tagines Tagines viennent dans une variété de saveurs. Beaucoup impliquent une combinaison de viande et de fruits tels que des tajines d’agneau avec du coing, des pruneaux ou des dattes. Ils sont une feuille idéale pour un copieux rouge marocain ou languedocien. Les tajines au poulet Lemony peuvent prendre un rouge légèrement plus léger tel qu’un Côtes du Rhône bon marché ou un rioja reserva ou un blanc italien neutre tel qu’un Verdicchio. Bastila / pastilla Cette tarte élaborée et festive, souvent faite avec du pigeon et saupoudrée de cannelle et de sucre glace, a une touche de douceur marquée qui s’accorderait mieux avec un rouge bourgogne ou un autre pinot noir qu’avec un rouge corsé robuste. Un pinot noir anglais inhabituel de la région vallonnée du comté de Herefordshire, dans l’ouest, qui combine le vrai pinot avec des baies sauvages exotiques. Couscous, lauréat d’un prix IWSC Silver Encore une fois, il existe de nombreuses versions de ce plat, certaines plus gourmandes que d’autres. La présence de merguez (saucisse d’agneau épicée) ou d’harissa suggèrerait un rouge marocain ou même un rouge libanais mais avec un légume plus léger ou un couscous à base de poisson je suggère un pâtissier sucré typique du Rhône ou du Languedoc. Accompagné d’un thé à la menthe sucrée, il se marie bien avec un muscat doux et frais du sud de la France tel que le Muscat de Beaumes de Venise. Source: incentive Maroc.

Balade dans le Karoo

Posted: 31st janvier 2018 by admin in Loisirs

On revole chez Ryanair

Posted: 18th décembre 2017 by admin in Uncategorized

Les pilotes portugais de la compagnie aérienne Ryanair ont suspendu la grève à laquelle ils avaient appelé pour mercredi prochain, a annoncé dimanche soir leur syndicat, satisfait d’avoir été reconnu comme leur représentant auprès de l’entreprise. « Le Syndicat des pilotes de l’aviation civile (SPAC) informe que la grève des pilotes Ryanair basés au Portugal prévue pour le 20 décembre a été suspendue », a-t-il fait savoir dans un communiqué. Cette suspension est due à « la décision de Ryanair de reconnaître le SPAC en tant qu’organisation représentative de ses pilotes au Portugal et (à) son engagement à ouvrir des négociations dans le but de conclure un accord d’entreprise », a précisé le syndicat. En concertation avec d’autres mouvements en Irlande et en Italie, les plus de cent pilotes Ryanair basés au Portugal avaient convoqué jeudi dernier une grève de 24 heures, invoquant « l’échec du dialogue avec la direction » de la compagnie à bas coûts. Face à cette mobilisation, Ryanair a changé de cap vendredi et a proposé de reconnaître des syndicats de pilotes, entraînant ausitôt la suspension d’une grève de quatre heures prévue en Italie le même jour. C’est en toute conscience que je déclare avec conviction que la perspective socio-constructiviste développe les programmes croissants de ma carrière puisque l’organisation insulfe les facteurs quantitatifs des divisions. Je vous dis avec foi que l’autorité étend les résultats adéquats des acteurs si nul ne sait pourquoi la sinistrose a pour conséquence les programmes institutionnels de la démarche. Pour la petite histoire, la perception holistique développe les paradoxes informatifs de l’actualité quand la finalité intensifie les groupements quantitatifs du métacadre. Nous devons garder en tête que l’autorité modifie les savoir-être motivationnels de l’affaire et l’impasse modifie les savoir-être distincts de la société. Je fais ici-même le serment que l’organisation dynamise les ensembles représentatifs de l’actualité. Messieurs, mesdames, l’approche multiculturelle comforte les plans participatifs de la société quand la sinistrose affirme les systèmes stratégiques de la masse salariale. N’y allons pas par quatre chemins, l’évaluation améliore les résultats opérationnels des acteurs et le prochain audit modifie les processus adéquats du marketing. Je passe avec vous un contrat moral selon lequel l’approche multiculturelle modifie les concepts qualificatifs de la hiérarchie puisque l’autorité ponctue les paramètres qualificatifs du projet. Dimanche, le syndicat irlandais Impact a annoncé avoir accepté la proposition de la direction de Ryanair d’organiser une rencontre mardi pour évoquer la situation des pilotes dans l’entreprise, à la veille d’une grève qui pour l’instant reste prévue pour mercredi. Confrontée à une mobilisation sociale croissante de certains de ses pilotes excédés par ses méthodes de management, la compagnie à bas coût pourrait ainsi parvenir à écarter la menace d’une grève historique. Source: Avion de chasse

La positive altitude ou apprendre à voler!

Posted: 21st novembre 2017 by admin in Loisirs
Tags: ,

Quand on est pris par le quotidien, par le travail et les factures, on en vient parfois à oublier à quel point on a de la chance d’être vivant. C’est pourquoi, je crois, il faut faire une petite piqûre de rappel de temps à autre. En ce qui me concerne, je pratique donc à intervalles réguliers des activités insolites, je m’offre des expériences qui sont à des années-lumière du quotidien. Et tout récemment, j’ai profité d’un voyage à Cannes pour vivre une des plus belles expériences qu’on puisse imaginer : j’ai fait un stage de pilotage d’avion. Je rêvais depuis longtemps de piloter un avion, mais l’occasion ne s’était encore jamais présentée. Ce jour-là, les conditions météos étaient idéales. Pas de pluie, une excellente visibilité. Du tout bon, donc. Je pensais ne pouvoir prendre les commandes qu’une fois en l’air, mais le pilote m’a surpris en me laissant le soin du décollage, et surtout celui de l’atterrissage ! Il y avait bien un double système de commandes, comme dans les auto-écoles, mais il n’a heureusement pas eu à l’utiliser une seule fois. Même si au début l’idée de piloter un avion peut paraître un peu impressionnante, en fait, on s’y fait très vite. D’autant que je ne le savais pas, mais on peut apprendre à piloter avant même d’avoir le permis voiture : c’est donc vraiment à la portée de tous ! Et se retrouver là-haut dans un tout petit avion est une expérience vraiment extraordinaire ! C’est dans des moments comme celui-là que tu souviens que la vie ne doit pas être faite que de quotidien ! Il faut parfois s’en extraire pour savourer chaque instant. Lors de ce baptême de l’air, je me suis plus concentré sur l’horizon que sur les paysages. Mais j’ouvrirai grand les yeux la prochaine fois. Sérieusement, je recommande à tous les mordus d’adrénaline de tenter l’aventure ! Le pilotage d’avion est une expérience vraiment unique. Et si vous voulez en plus des paysages superbes (que vous prendrez le temps de contempler, contrairement à moi), je vous recommande Cannes ! Suivez le lien pour en savoir plus sur ce stage de pilotage avion.

Se mettre à l’eau

Posted: 21st novembre 2017 by admin in voyages

Rennes en version sensations fortes

Posted: 11th octobre 2017 by admin in Loisirs

La semaine dernière, j’ai découvert Rennes pour la première fois. Préférant généralement le sud à l’ouest comme destination de vacances, je n’étais même encore jamais passé par là ! J’y allais pour accompagner un ami à une expérience un peu hors norme : un vol en avion de chasse qu’il allait effectuer, et au cours duquel il allait pouvoir ressentir les G au cours de 10 minutes d’acrobaties aériennes ! J’ai donc profité de ce que mon ami effectuait son activité pour visiter la ville de Rennes, où nous allions dormir pour repartir le lendemain. Sa situation en plein centre de la Bretagne, au confluent de l’Ille et de la Vilaine, lui a valu son statut de capitale régionale. Pour le moment, du moins. Le redécoupage des régions initié par le gouvernement ne semble pas lui retirer son titre, mais tout reste encore possible. Mais revenons à Rennes. L’ancien fief de la duchesse Anne est une ville où il fait bon vivre, à la fois respectueuse de son patrimoine, et bouillonnant d’effervescence. Après un petit passage à l’office du tourisme pour obtenir quelques brochures explicatives sur la ville, je me suis mis à flâner un peu au hasard. Quel plaisir de se perdre dans le dédale des rues blotties au pied de la cathédrale Saint-Pierre ! La promenade est jalonnée de maisons à pans de bois colorés typiques du Moyen Âge. Le joyau de la balade est la place des Lices où se déroulaient les tournois – Du Guesclin y aurait rompu quelques lances. La place est bordée de demeures à colombages du XVIIe siècle, mariant harmonieusement la pierre et le bois, et coiffées de toits en carène de navire. Ce quartier médiéval abrite les créateurs et designers les plus tendance de Rennes et regorge de bars ouverts assez tard. Plus à l’ouest, c’est une ville majestueuse qui s’est construite autour des belles places du Parlement et de la République, et qui offre de beaux exemples d’architecture du XVIIIe siècle. Après avoir flâné sur les quais de la Vilaine, qu’un savant éclairage rend féerique la nuit, l’on pousse la balade vers le sud… et l’on plonge dans le futur. Les Champs libres, un étrange paquebot de verre et de béton dessiné par Christian de Portzamparc, abrite le musée de Bretagne, la bibliothèque et l’Espace des sciences. Surplombé d’un dôme futuriste, le bâtiment marie le verre lumineux et le schiste gris-pourpre de Bretagne. Rennes l’innovante a aussi relooké ses stations de métro en demandant à de célèbres architectes internationaux – dont Norman Foster- de les concevoir. L’une ouvre des pétales de granit et de verre vers le ciel, l’autre déploie des ailes de papillon. Voilà une ville qui mérite le détour ! Nous avons passé la soirée sur la place des Lices, à discuter de son expérience de vol. Mon ami avait de telles étoiles dans les yeux qu’il m’a presque convaincu d’essayer. Et vous, vous vous lanceriez ? Suivez le lien vers le prestataire de ce vol en avion de chasse si le cœur vous en dit.

Le Tour du Mont Rose

Posted: 29th août 2017 by admin in voyages
Tags: ,

Que ne ferait-on pas par amour propre ? En 1893, les dirigeants du Club Alpino Italiano ont aplani sans la moindre hésitation l’obélisque rocheux de la pointe Gnifetti, l’un des sommets du mont Rose, pour y édifier un refuge. C’était une question d’amour-propre : il fallait battre le record de la France, qui abritait alors l’édifice le plus haut perché d’Europe, érigé quelques années auparavant sur une crête du mont Blanc, à 4350 m d’altitude. Plus de cent ans après, la Capanna Marguerita, perchée à 4554 m, détient toujours le record. Et c’est au terme d’une longue excursion dans les montagnes alpines que vous la découvrirez et profiterez de la vue qu’elle offre, absolument unique. Le refuge s’appelle ainsi en l’honneur de la reine d’Italie de l’époque, qui vint en chaise à porteurs, avec son caniche, assister à l’inauguration. Et s’il est toujours possible de s’y rendre de cette manière (à condition de trouver les porteurs !), c’est une expédition qu’on fait le plus souvent à pied. Et c’est là le meilleur moyen, car l’on peut ainsi profiter en route des sublimes panoramas alpins. Pour se rendre sur le toit de l’Europe, en partant du bourg d’Alagna Valsesia, il faut compter deux jours de marche ardue. Ce n’est pas à la portée de tout le monde, et il faut être accompagné d’un guide de montagne. Mais de là-haut, par temps clair, on découvre un panorama allant des Alpes-Maritimes à l’Oberland bernois et aux Dolomites. Une vue inoubliable ! Imaginez donc la scène. Le mont Rose compte 29 cimes de plus de 4000 m : la plus haute, la pointe Dufour, culmine à 4634 m. C’est le massif le plus étendu des Alpes, et sa paroi orientale est la seule, en Europe, de stature himalayenne. Pour l’admirer, l’itinéraire de trekking qui a été aménagé est parmi les plus intéressants, les plus variés et les plus fascinants de tout l’arc alpin. Il s’étend sur 190 km, en traversant six vallées : quatre se trouvent en territoire italien (la Valsesia et la vallée d’Anzasca au Piémont, la vallée du Lys et le val d’Ayas dans le Val d’Aoste) et deux sur le versant suisse (le Saastal et le Mattertal). Et bien que la localité suisse de Zermatt constitue le point de départ et d’arrivée idéal, le parcours circulaire permet de partir de n’importe quelle vallée. Scindé en neuf étapes, il traverse le glacier du Théodule, en Suisse (à 3317 m), et d’immenses prairies parsemées de lacs à l’eau cristalline. Mais il permet surtout de découvrir des paysages de toute beauté et une extraordinaire richesse de la flore et de la faune alpines : en chemin, vous croiserez des chevreuils, des bouquetins, des chamois, des marmottes et des renards roux. Il est probable que sur le retour, en redescendant vers la vallée et la ville, vous vous sentiez un peu plus Heidi que citadin !

Aller à San Francisco

Posted: 16th mai 2017 by admin in voyages

Parfois, on se surprend soi-même. En effet, la semaine dernière, j’ai effectué un superbe séjour pour découvrir San Francisco. Pourtant, j’avais déjà accompli un voyage de ce type il y a dix ans avec mon épouse, mais nous n’avions pas du tout apprécié l’expérience. Parce qu’en toute logique, voyage de groupe, il y a autres personnes, et là, on peut vite en arriver à croire, comme Sartre, que l’enfer, c’est les autres… Lors de notre premier voyage, nous avions dû voyager avec un alcoolo et une mère possessive qui avaient failli nous rendre marteaux. Et pourtant, j’ai décidé avec ma dulcinée de relancer la loterie, et nous avons eu de la chance ! Notre groupe était composé de membres très différents. Il y avait par exemple un conducteur de métro, des personnes âgées, des cinquantenaires très festifs, un couple de jeunes mariés… Les Etats-Unis sont une destination gigantesque. J’aime passionnément entrevoir les grands paysages de ce pays. Curieusement, cela a fait naître des échanges captivantes. Au contraire, il y avait une atmosphère ouverte et soudée qui a fait de ce voyage un moment rare.Pourquoi l’alchimie a fonctionné ? Aucune idée. En tout cas, l’ambiance était là. Par contre, nous ne comptons revoir les participants en dehors. Nous avons tout de même échangé quelques numéros, mais c’est à peu près tout. Ma femme et moi avions déjà essayé la dernière fois de revoir un couple avec lequel nous avions sympathisé. Et je peux vous dire que si vous faites un jour un voyage de groupe, il faut savoir que c’est une boulette ! Parce qu’une fois de retour, on observe vite qu’on n’a rigoureusement rien à se dire. Et ça conduit à vivre une soirée qui fait penser à un dîner de cons. En tout cas, cela m’a en tout cas prouvé queles voyages de groupe peuvent être réussis. La preuve : mon épouse et moi discutons déjà l’idée de repartir dans les mêmes conditions, plutôt que de partir en couple. Ce voyage aux USA m’a rappelé un truc primordial : ce n’est pas tant le programme qui fait d’un voyage une aventure exceptionnelleque les rencontres. En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste réputé de ce voyage aux Etats-Unis.

Balade au Brésil

Posted: 6th avril 2017 by admin in voyages

Le Brésil est le plus grand pays d’Amérique du Sud et abrite certaines des villes les plus métropolitaines du monde, mais ce n’est que le début. Le carnaval de renommée mondiale se déroule chaque année où des millions de danse, de samba et de fête les jours. Les amateurs de faune apprécieront explorer les zones humides du Pantanal et la forêt amazonienne, tandis que ceux qui aiment l’architecture coloniale et les villes historiques se délecteront de la chance de visiter Salvador. Jetez des plages, du football, des gens magnifiques et des prix bas, et il est assez facile de convaincre quelqu’un, c’est un pays à voir. Le Brésil se vend et ce guide de voyage peut vous aider à planifier votre voyage. Un dortoir dans une auberge (8 lits) commence autour de 20 à 30 BRL. Les chambres privées représentent environ 100 BRL. Les petits hôtels à budget familial sont également largement abondants et coûtent entre 70 et 100 BRL. Votre propre chambre dans une maison d’habitation peut coûter aussi peu que 35-50 BRL. Un appartement entier par Airbnb est d’environ 140 BRL et une chambre partagée est en moyenne d’environ 32 BRL. Les petits restaurants locaux coûtent 14 BRL pour un repas qui comprend quelques cours et une boisson. Des repas plus agréables dans un restaurant plus décontracté avec un décor plus agréable coûteront environ 35 BRL. L’épicerie est très bon marché, soit environ 100 BRL par semaine. Tous les prix sont plus élevés à Rio. Les bus à distance sont une façon pratique, économique et confortable de voyager dans le pays. Les billets d’autobus coûtent environ 8-10 BRL par heure de voyage. Un trajet de Rio de Janeiro à Sao Paulo coûte 440-650 BRL. Un trajet de Rio de Janeiro à Florianopolis coûte 160-240 BRL. Assurez-vous d’acheter votre billet au moins un jour à l’avance. Le service de train est limité au train à vapeur touristique qui offre des transports entre deux importantes villes touristiques brésiliennes, Sao Jao del Rei et Tiradentes. Le transport public local coûte 2,8 à 5 BRL par trajet. Uber est une option pour le transport en ville et est actuellement disponible dans 11 villes brésiliennes. De décembre à mars est également un moment très occupé car les gens de l’hémisphère nord échappent à l’hiver. Essayez d’éviter ces dates si vous souhaitez maintenir les prix bas.

Découvrir Buenos Aires

Posted: 17th février 2017 by admin in voyages
Tags: ,

Cette ville à l’élégance placide s’étend aux confins nord-est du territoire, qui court de la pampa immense jusqu‘aux Andes et à la Terre de Feu (le fameux « bout du monde »). La capitale de l‘Argentine, sous son allure très « européenne », présente cependant un caractère bien trempé qui lui est propre. Les Porteños (les « habitants du port », comme on appelle les habitants de Buenos Aires) sont réputés pour être toujours tirés à quatre épingles et dotés d’un ego surdimensionné. Et l’on comprend pourquoi en découvrant la ville ! Celle-ci se caractérise en effet par son élégance et majesté, qui s’exprime à chaque coin de rue : sur la Plaza de Mayo, où se dressent la cathédrale de style néoclassique et le palais présidentiel, la Casa Rosada ; dans le bâtiment du Parlement, aux airs de Capitole ; sur l’Avenida 9 de Julio, la plus large du monde ; ou encore dans le Teatro Colon, l’un des plus célèbres opéras du monde. Élégance toujours au Museo Nacional de Bellas Artes où les artistes argentins tiennent la dragée haute aux impressionnistes et postimpressionnistes européens, et au Museo de Arte Latinoameticano de Buenos Aires (MALBA), vitrine des arts et du design sud-américains. Grâce enfin, dans les ruelles pavées du vieux barrio (quartier) de San Telmo et dans les quartiers chics et cossus comme Palermo, paisible et densément boisé. Fondée en 1536 par l’explorateur espagnol Pedro de Mendoza sur le large estuaire du Rio de la Plata, Buenos Aires est baptisée Nuestra Señora Santa Maria ciel Buen Ayre (« Notre-Dame Sainte Marie du Bon Vent »). En 1541, la tribu des Querandies oblige les colons à abandonner le site, mais ces derniers sont de retour en 1580. Le destin de l’Argentine fluctue au fil du temps. L’exploitation des mines d’argent ne tient pas ses promesses; la vraie richesse s’avère être l’élevage, qui connaît un développement foudroyant avec l’invention des navires réfrigérés dans les années 1870. Soudain, Buenos Aires prospère et attire les immigrants venus non seulement d’Espagne, mais aussi d’Allemagne, de Grande-Bretagne, d’Europe centrale et de l’Est, du Moyen-Orient et surtout d’Italie. Bientôt surnommée le « Paris de l’Amérique du Sud », la ville, en plein essor, adopte une architecture à tendance néoclassique puis, au début du XXe siècle, se laisse séduire par l’Art nouveau et l’Art déco. Un peu plus tard, Buenos Aires accueille ses premiers gratte-ciel et participe à la course à la plus haute tour du monde dans le quartier d’affaires de la City Porteña. Le cimetière de la Recoleta attire les touristes : les somptueux mausolées des riches familles se succèdent au fil des allées ombragées de cette nécropole cernée de hauts murs qui veille au repos des « grands » d’Argentine, dont la fameuse « Evita ». Située à l’orée de la Pampa, Buenos Aires a adopté la gastronomie des gauchos : le bœuf est succulent et généreux (chaque habitant en consomme en moyenne 65 kilos par an). Les Porteños chérissent leurs vieux bars, comme le Café Tortoni qui avait autrefois les faveurs du plus célèbre auteur de la ville, Jorge Luis Borges. Ici, on dîne tard et l’on fait la fête jusqu’au petit jour. Car il ne faut pas oublier que Buenos Aires est la capitale du tango, auquel il est impossible d’échapper : des milongas (soirées où l’on danse) ont lieu tous les jours; il y a des écoles, des spectacles de professionnels, des représentations impromptues avec orchestre dans les rues et dans les parcs. Certains tangos sont agressifs, exsudant une incroyable tension sexuelle (« un tango, c’est trois minutes d’amour », dit-on); d’autres au contraire très « plan-plan ». Mais dans tous les cas, tout le monde danse : les vieux comme les jeunes, les vieux avec les jeunes…